L’Atelier d’écriture de haïku s’est déroulé au CDI (d'octobre à fin janvier) avec des élèves de 1ère L : le haïjin a axé son travail sur l'engagement. Ce club entrait dans le cadre de la réalisation d'un recueil plurilingue de poèmes engagés en langue source et de poèmes libres en langues étrangères.

 

Une définition rapide :

Le haïku est une forme japonaise de poésie permettant de noter les émotions, le moment qui passe et qui émerveille ou qui étonne.
C'est une forme très concise, dix-sept syllabes en trois vers (5-7-5).
Dix-sept temps en japonais (une syllabe a un ou deux temps), un nombre restreint dans d'autres langues (l'anglais s'accommode de 3-5-3).
Le senryū (abordé également) est une forme de poésie japonaise courte similaire au haïku : elle se compose de trois lignes de 17 syllabes. Par contre le senryū a pour sujet les faiblesses humaines et non pas la nature. Le senryū est souvent cynique alors que le haïku est sérieux.
Cliquez sur l'image ci-dessous. La page suivante explique succinctement les différences entre haïku et senryû, deux genres poétiques japonais ayant respectivement pour inventeurs Matsuo ...

 

 

Aurianne, Cassandra et Valérion vous livrent quelques poèmes :

 

風はきれい

しかし、おしずか
終わりです。
(Le vent est beau,
Mais calme
C'est la fin)

 

Pas un ne sourit
Les feuilles rouges dansent
Morbide silence.

(Dying red daisy
Lay next to you on the ground
Look, they are crying)

 

光へ手を伸ばす
まどろみ
想いを断ち切りて
(Main qui atteint la lumière
Va réveiller
Les espoirs endormis.)