Pour toi qui doutes…

… qui ne sait pas ce qu’est la prépa….

… qui pense que ce n’est pas fait pour toi.

Voici quelques témoignages d’étudiants actuellement en 2e année...

Clara, en 2 année de classe préparatoire économique au Lycée Kastler à Cergy :

- Ce que la prépa m'a apporté : beaucoup de méthode, une organisation à toute épreuve, une persévérance, une rigueur, une concentration possible sur de longues périodes, et surtout... À force de se contraindre, de s'obliger, j'ai vu que j'étais capable de me dépasser. J'en garderai, quoi qu'il se passe, une grande fierté. Et j'ai aussi rencontré de véritables amis, des personnes avec qui le lien ne peut être que plus fort, étant donnée la situation assez difficile dans laquelle nous nous trouvons tous ensemble ! A cela je rajoute l'aide des professeurs, très à l'écoute, et qui tentent de nous porter le plus haut possible et de nous encourager.

- Mes difficultés : LE RYTHME (DST, concours blancs, colle, interrogations, vitesse en cours), les déceptions des notes, le stress, voir des gens meilleurs.. Toujours et encore ! Mais il ne faut pas se laisser décourager. Un jour notre professeur de maths m'a conseillé de vraiment travailler pour moi, en faisant le maximum possible mais en essayant de garder de la distance avec ce que faisaient les autres. Le tout étant de donner le meilleur de soi, car chacun est différent, il faut l'accepter.

-Mes appréhensions : je ne voulais pas faire de prépa. J'avais dit "tout sauf ça". Et finalement, pourquoi pas moi ? Alors je me suis lancée. C'est une épreuve de 2 ans mais elle vaut le coup d'être vécue. Il faut être déterminé et ne pas douter de soi.

Jérôme, en 2e année de classe préparatoire au Lycée Saint-Exupéry à Mantes-la-Jolie :

Bonjour, je m’appelle Jérôme Aland et je suis en deuxième année de Classe Préparatoire Economique au lycée Saint-Exupéry. C’est après avoir participé au programme PACE en première ES, un programme de tutorat proposé par des étudiants d’HEC, que s’est affirmée en moi la volonté d’intégrer une école de commerce.

J’ai choisi d’intégrer Prépamantes et la Prépa Eco du Lycée Saint-Exupéry, car c’est une prépa de proximité avec des effectifs raisonnables nous permettant d’avoir un suivi personnalisé pour réussir dans les meilleures conditions possibles. Depuis la première année, nous nous sommes « habitués » à une charge de travail importante. La solidarité entre les étudiants et le soutien méthodologique et humain de nos enseignants nous permet de tenir le coup. Mais c’est surtout l’idée d’intégrer une grande école de commerce, comme l’on fait avant nous d’autres étudiants passés par Saint-Ex, qui nous pousse à nous dépasser. Chaque jour nous repoussons nos limites, la Prépa nous permet de mûrir, de rehausser nos ambitions et de développer des facultés de réflexion uniques dont on n’avait jamais soupçonné l’existence.

 

Oriane, ancienne élève des Sept Mares, en 2e année de prépa littéraire au Lycée Jeanne d’Albret, de Saint-Germain-en-Laye :

J'ai passé mon année d'hypokhâgne au lycée Jeanne d'Albret à St-Germain-En-Laye, et je poursuis en khâgne dans le même établissement. Que de découvertes! Je ne pensais pas que la prépa m'apporterait autant, tant en découvertes qu'en amitiés et connaissances. J'ai acquis en méthode, organisation, rigueur, dissertation et acquisition de connaissances. Et j'ai l'impression que mes capacités de fin d'hypokhâgne sont incomparables avec celles de ma fin de terminale! 

La prépa m'a motivée pour pleins de domaines. Bien que je croulais souvent sous le travail, je me prouvais chaque jour que je pouvais survivre et j'ai trouvé du temps pour garder mes amis, intégrer des associations, travailler l'été et passer mon permis (enfin, pour bientôt). Je n'étais pas emballée au début, voire pas du tout puisque je ne voulais pas y mettre un pied et j'ai passé mon été à regretter mon choix, mais en à peine une semaine d'hypokhâgne j'avais changé d'avis, j'étais gonflée à bloc et motivée pour tout ce qui pouvait m'arriver. Pourquoi pas moi, après tout? Pourquoi les élèves d'autres lycées vaudraient plus? 

Il faut voir les khâgneux comme des sportifs se préparant à un marathon, c'est très dur de rester motiver, de s'entraîner tous les jours à n'en plus pouvoir pour une épreuve assez courte en soi..mais dont on sera par la suite très fier, et qui nous apporte bien plus qu'une simple médaille.

Estelle, étudiante en 2e année de classe préparatoire économique, Lycée Kastler :

"Je conseille de se lancer dans l'aventure de la prépa car après tout, qui ne tente rien n'a rien. En effet la prépa c'est du boulot, mais avec un peu de volonté on progresse vraiment malgré les hauts et les bas. Pour ma part j'ai beaucoup progressé en anglais alors que je partais d'un niveau faible. Le tout c'est de se remotiver durant les périodes plus difficiles. Et surtout ne vous inquiétez pas, on peut réussir à travailler, à voir ses amis et on peut même dormir le dimanche matin. Après, c'est chacun son rythme."

Propos recueillis par Romain Marchand,

Professeur d’histoire-géographie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.