Voici la présentation de notre troisième assistant de langues présent cette année au lycée Les Sept Mares. Samuel, spécialiste de cinéma!

Pouvez-vous vous présenter? D'où venez-vous?

Je m'appelle Samuel Beard et j'ai 21 ans. Je suis australien mais aussi à moitié italien. Je viens de Perth, la capitale de l'état de l'Australie Occidentale.

 

Etes-vous étudiant en Australie?

Non, je viens de terminer ma double licence, 'Bachelor of Arts' en « français » et « film et télévision ». Avant de préparer la licence, j'avais étudié le français au lycée et cela m'avait donné envie d'approfondir ma connaissance de la langue. A mon retour en Australie, je reprendrai mes études mais cette fois-ci dans le but de devenir professeur de français.

 

Vous êtes donc un spécialiste de cinéma ?

C'est vrai que j'ai étudié les genres du cinéma… Personnellement, je préfère les films musicaux, les films classiques hollywoodiens mais surtout les films indépendants, moins commerciaux… Je préfère encore les émissions de télévision et j'ai écrit à l'université quelques films et émissions moi-même. J'ai choisi de me concentrer un peu sur la scénarisation en fait. Mais, pour compléter mes études en français, j'ai combiné mes deux disciplines et j'ai écrit un essai sur la nouvelle vague françaises… en français ! J'ai utilisés les films « À bout de souffle » de Jean-Luc Godard et « Les quatres cents coups » de François Truffaut pour explorer cette « ère » du cinéma. Évidemment, j'ai appris beaucoup sur la France à cette époque, et bien sûr sur le genre « Nouvelle vague ». Le plus grand du cinéma je crois!

 

Nous connaissons malheureusement peu le cinéma australien...

Dans le monde, le cinéma australien est souvent assimilé au cinéma américain. Peut-être connaissez-vous Baz Luhrmann. Je l'aime bien. Il a réalisé des films en Australie avant de se faire connaître au niveau mondial grâce à « Moulin rouge » avec Nicole Kidman.

 

Si je comprend bien, vous maîtrisez aussi les médias ?

C'est vrai que j'adore les film, mais aussi la télévision, c'est complémentaire. En Australie, il est possible d'étudier les médias au lycée (je crois que les élèves m'envient pour ça !). Dans ces cours, nous apprenons comment les médias nous influencent, nous, les consommateurs, et bien sûr les avantages et les inconvénients de la libre expression des médias… C'est pour ces raisons que j'ai continué mes études à l'université. Je voudrais enseigner le français et l'études des médias aussi…

 

Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir assistant de langues en France?

Après ma licence, je me suis rendu compte qu'il restait encore beaucoup de choses à apprendre sur le français - la langue, la culture, la nourriture....- et que le meilleur moyen d'apprendre, c'est de vivre dans le pays.

 

Quelles sont vos premières impressions?

Ce qui m'a tout de suite frappé, c'est la différence entre les deux cultures. En même temps, j'ai été ravi de voir que l'engagement vis-à-vis de l'éducation est aussi important en France qu'en Australie et je dois dire que j'ai été impressionné de voir l'importance qui est accordée aux langues étrangères.