... et ils racontent
D’après l’enquête auprès des participants Français au séjour de courte durée du réseau COLIBRI.

Les élèves :

Garance Giligny accueillie par Rina Takahashi; Christian Botohelyaccueilli par Yumoto Shuji; Imane Lazzouniaccueillie par Saïki Momoka

Le séjour s’est déroulé du 11 octobre au 1er novembre 2014.

-* Avez-vous pu entrer en contact avec votre famille d’accueil avant le départ et par quel moyen ?
G.G. et I. L. : Par mail

C. B. : Facebook

-* Quelles étaient vos inquiétudes avant le départ ?

G.G. : J’avais peur de ne pas bien m’entendre avec ma correspondante. J’étais aussi inquiète à propos des règles japonaises, différentes de celles en France et de me faire mal voir à cause de cela. En fin de compte, tout s’est très bien passé. Je me suis très bien entendue avec ma correspondante, et j’ai réussi à m’habituer aux règles et aux habitudes des japonais. Je n’avais vraiment aucune inquiétude à avoir, tout s’est extrêmement bien déroulé.

C. B. : Étrangement je pensais que j’allais me perdre dans Haneda, mais au final l’organisation des élèves n’était pas si mal.
-* Ce séjour a-t-il eu de l’influence sur votre apprentissage du japonais ? Dans quelles mesures ?

G.G. : Oui beaucoup. La vie au Japon s’est passée mieux que prévu. Tout le monde m’a fait me sentir à l’aise dans ce pays. J’ai aussi eu l’occasion de parler le japonais courant, qu’on n’étudie pas beaucoup en cours. Je pense avoir énormément progressé, même si j’ai encore des progrès à faire.

C. B. : Oui beaucoup. Je pense que ce voyage m’a donné la possibilité d’acquérir plein de vocabulaire, de constater le niveau peu élevé de notre vocabulaire malgré le travail très important que nous fournissons au lycée : mais la langue japonaise est tellement riche et subtile...! Cependant, j’ai parfaitement pu échanger des idées entre la France et le Japon avec la famille d’accueil. Enfin, je n’aurai jamais pu imaginer un voyage plus beau que celui-ci, le Japon est un pays parfait selon moi.

-* Votre intérêt pour le Japon a-t-il augmenté ?

Oui massivement pour nos trois jeunes.

-* Pensez-vous que cette expérience vous a mûri ? 

Oui totalement répondent-ils tous les trois.

G. G. : Avant de partir, j’aimais surtout l’histoire ancienne du Japon et tout ce qui a un rapport avec les mangas. Maintenant, j’ai découvert de nombreuses autres sources d’intérêt qui me donnent envie de revenir au plus vite !

C. B. : Le Japon est un pays très fascinant qui a une culture particulièrement intéressante, une population parfaitement respectueuse et amicale, de la nourriture saine et délicieuse et enfin une mythologie impressionnante. Y aller m’a fait prendre conscience davantage que ce pays était génial. Mon destin se trouve sans doute là-bas. Mon futur métier c’est dans ce pays que je l’exercerai.

I. L. : Grâce à ce voyage j’ai pu devenir plus autonome car c’est la première fois que je voyageais aussi loin de chez moi, et que je me retrouve seule dans une famille d’accueil.

-* Êtes-vous content de votre séjour ?

G. G. : Je suis vraiment heureuse d’avoir pu participer à ce projet. J’ai pu faire tout ce que j’avais voulu faire faire, que ce soit visiter certains lieux ou goûter certains plats japonais. J’ai fait des supers rencontres et j’espère revoir ces personnes au plus vite.

C. B. : Comme je le disais précédemment, le Japon est génial, la famille d’accueil était extraordinaire. Je n’ai jamais connu de personnes si naturelles et à la fois si agréables avec un étranger. Le lycée était super aussi et faire la connaissance de plusieurs autres élèves fut formidable !

I. L. : J’ai passé un très bon séjour qui était très dépaysant !

-* Globalement, comment s’est passé votre séjour dans la famille japonaise ?

G. G. : Je n’ai eu aucun souci pendant mon séjour, à part peut être quelques problèmes de communication à certains moments, que j’ai réussi à surmonter quand même. La famille était très gentille et faisait beaucoup d’efforts afin de me faire comprendre et de me comprendre.

C. B. : Avec notre niveau actuel, je n’étais pas vraiment capable de parler normalement en Japonais ni même de comprendre la langue. Mais au bout de trois semaines, l’habitude venait et c’était comme si je comprenais un peu plus chaque jour.

-* Quels étaient vos souhaits sur cet échange ?

G. G. : En allant au Japon, j’ai souhaité m’imprégner de la culture japonaise, voir comment était la vie là-bas et surtout aller dans une école japonaise, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Maintenant, je veux faire découvrir toutes ces choses à à ma correspondante et qu’elle en profite un maximum elle aussi.

C. B. : A part améliorer mon japonais, connaître davantage le Japon sous toutes ses facettes et rencontrer ma famille d’accueil, je n’attendais pas grand chose.

I. L. : Qu’il se passe bien, je voulais vivre complètement à la manière des japonais.

-* Votre image avant le départ au Japon et des Japonais a-t-elle changé après ce séjour ?

G. G. : J’avais une image du Japon et des Japonais qui s’est avérée assez réaliste, mis à part certains détails. Cette image s’est embellie au cours du voyage, surtout à propos des Japonais, qui se sont révélés encore plus respectueux et chaleureux que je le pensais. Je voulais déjà venir y travailler plus tard, et c’est devenu une certitude.

C. B. : J’ai toujours pensé que le Japon, que les Japonais étaient parfait en quelque sorte et cette vision n’a pas changé avec ce voyage.

I. L. : Dans une certaine mesure, il faut être bien plus rigoureux dans l’approche de leur culture.

-* Dans le lycée japonais quels cours étaient intéressants ?

G. G. : Je ne comprenais pas beaucoup les cours, mais certains comme ceux de musique, de calligraphie, d’anglais de sport et de cuisine que je pouvais comprendre étaient très intéressant. J’ai pu participer à tous les cours auxquels je voulais participer.

C. B. : Seuls les cours d’histoire et de japonais classique, qui correspondent au cours de français pour les français, ont été ennuyeux car ils étaient incompréhensibles du fait de la barrière de la langue.

I. L : Cuisine, vie pratique, j’aurais voulu assister aux cours de mathématiques.

-* Parlez-nous du professeur responsable dans le lycée qui vous accueillait

G.G. : Shimada-Sensei était le professeur responsable et professeur de français. Elle était là lorsque les autres françaises et moi avions besoin d’elle et nous avait donné des choses à faire quand nous étions à la bibliothèque, pendant que nos correspondantes avaient des tests.

C. B. : Nakano Sensei, le professeur de français est un professeur très gentil qui a tout de suite répondu à nos questions sur les horaires, les classes, les professeurs, l’établissement et les règles. Bref, un professeur engagé qui participe au programme Colibri depuis au moins 5 ans et qui s’inquiétait que l’un des 4 élèves français qu’il avait, dont moi, fasse quelques bêtises pendant le séjour suite aux précédentes années.

I.L. : Le professeur responsable maîtrisait très bien le français.

-* Qu’attendiez-vous de votre séjour au Japon et des élèves japonais ?

G. G. : J’attendais de découvrir toute une culture et des habitudes qui ne sont pas les miennes, de vivre des moments inoubliables et de me faire une amie pour la vie. J’attendais des élèves qu’il m’accueillent et me traitent comme n’importe quelle élève.

C. B. : A part améliorer mon langage, connaître davantage le Japon sous toutes ses facettes et rencontrer ma famille d’accueil, je n’attendais pas grand chose.

I. L. : J’attendais une immersion dans la vie lycéenne grâce aux élèves japonais.

-* Comment se passait le déjeuner ? Receviez-vous un « bentô » ? Achetiez-vous plutôt quelque choses vous même ?

G. G. : Cela dépendait. Le plus souvent, ma mère d’accueil me donnait un bentô, mais parfois elle me donnait de l’argent pour que j’aille m’acheter quelque chose à « l’agora » qui était en fait une sorte de cantine dans laquelle il y avait des distributeurs de nourriture et de boissons.

C. B. : La maman de Shuji nous préparait toujours un bentô avant les cours que l’on dégustait entre 12h30 et 13h15. Il a seulement deux jours où elle n’eut pas le temps et nous donna à la place 700 yens chacun soit environ 5 euros pour que nous allions nous acheter quelque chose dans la cantine, parce que ce lycée privé et réservé aux garçons possède non seulement une petite boutique de nourriture pour les élèves mais aussi une cantine qui n’est pas obligatoire.

I. L. : Je recevais un bentô et la nourriture était variée et vraiment bonne.
-* Comment passiez-vous le temps après les cours ?

G. G. : Après les cours, il y avait des clubs. Ma correspondante était dans un club de koto, mais je suis aussi allée dans d’autre clubs comme celui de kendo, de manga, de musique et beaucoup d’autres !

C. B. : Après les cours pendant la première semaine, nous faisions des sorties entre amis ou avec la famille. Lors de seconde semaine, je travaillais à la maison et pour la troisième semaine, je participais à un club de badminton.

I. L. : J’allais dans les clubs pour les observer et parfois pratiquer avec les élèves comme pour le club de tennis ou la cérémonie du thé.
-* Qu’avez-vous appris dans le lycée japonais ?

G. G. : J’ai appris de nombreuses expressions typiques de la vie courante, j’ai découvert de nouveaux cours, comme celui de travaux ménagers, j’ai appris à calligraphier, à faire la cérémonie du thé, mais surtout j’ai appris à me faire des amis sans pouvoir se comprendre complètement.

C. B. : J’ai appris beaucoup de vocabulaire, à communiquer avec des étrangers, à échanger des cultures et à observer vraiment TOUT dans un pays étranger.

I. L. : L’emploi du temps est moins chargé, les élèves sont très respectueux des règles, les activités sont diversifiées et les élèves sont doués dans leurs activités. Il les pratiquent avec beaucoup de sérieux.

-* Parlez de votre meilleur souvenir lors de ce séjour.

G.G. : Mon meilleur souvenir est certainement celui des moments passés avec ma correspondante, sa famille et ses amis au lycée. Lorsque nous allions à Tokyo avec ses amies, que nous faisions des « purikura », que l’on s’amusait !
C. B. : Je n’ai pas réellement de « meilleurs » souvenirs de ce séjour. Le Japon est tellement génial que j’aurai envie de refaire toutes ces choses, chaque moment était impressionnant, important et même intéressant pour moi. Je pense que j’aurais encore bien plus apprécié ce séjour si j’avais pu parler en japonais.

I. L. : Visite des monuments dan la région de Gunma.
-* Qu’avez-vous pensé de la cuisine japonaise ?

G. G. : J’aimais déjà la cuisine japonaise avant de partir (sauf les sushis) mais elle est encore meilleure au Japon ! Presque tout ce que j’ai mangé là-bas était vraiment très bon. Seuls le thé vert et le nattô (soja fermenté) ne m’ont pas plu.
C. B. : La cuisine japonaise est la meilleure, il n’y a pas d’autre mot ! Surtout que l’on mangeait tout le temps avec la famille d’accueil.

I.L. : Excellente et très différente de la cuisine française.

-* Avez-vous fait des expériences par lesquelles vous avez ressenti la différence des cultures ?

G. G. : Les japonais font toujours la queue, que ce soit pour prendre le train, le bus ou même l’ascenseur ! Cela m’a changée des français qui se bousculent pour y rentrer...

C. B. : Tout est différent de la France : le comportement de la population, l’air, l’environnement, les cours, les écoles, la nourriture, la culture, les croyances, la musique, le théâtre, la danse... TOUT.

I. L. : Les évènements quotidiens au lycée d’accueil. Le système éducatif est vraiment différent.

-* Avez-vous aidé votre famille d’accueil (de quelque manière que ce soit) ?

G. G. : Lorsque je me proposais de les aider, ils me répondaient que tout allait bien. Cependant, j’ai aidé ma correspondante avec ses devoirs de français.

C. B. : Étant un garçon très serviable, je proposais très souvent de l’aide à la famille d’accueil que ce soit pour des tâches ménagères que pour les petits évènements ou pour du vocabulaire en anglais ou même des devoirs.

I. L. : Je pense que oui.

-* Que faisiez-vous pendant les week-ends ?

G. G. : Pendant les week-ends, j’allais dans certains quartiers de Tokyo que j’avais envie de voir, avec la famille ou les amis de ma correspondante. J’ai fait des achats, et ma famille d’accueil m’emmenait dans des restaurants japonais.
C .B. : Pendant les week-ends, j’avais cours le samedi matin mais sinon je visitais énormément de ville fortement intéressante et remplies de boutiques en tout genre.

I. L. : Je sortais avec ma famille d’accueil.

-* Décrivez ce que vous avez appris durant ce séjour de courte durée.

G. G. : J’ai appris tellement de choses que je ne saurais toute les énumérer ici. Mais je peux au moins dire que la principale chose que j’ai apprise est la vie quotidienne et la culture des japonais.

C. B. : J’ai appris beaucoup de vocabulaire, à communiquer avec des étrangers, à échanger des cultures et à observer vraiment TOUT dans un pays étranger. Puis j’ai appris à faire toute la différence entre le Japon et la France. J’ai appris aussi à vivre comme un véritable japonais et cela a eu quelques effets sur moi. Aujourd’hui, j’ai l’habitude, en France, d’avoir des réflexes purement japonais ou de dire quelques expressions en japonais.

I. L. : La culture japonaise est très différente et les japonais sont très peu démonstratifs du point de vue de leur opinions, ce qui peut être source de malentendus. Mais ils sont très sympathiques et vous mettent tout de suite à l’aise (surtout les élèves du lycée qui venaient souvent vers moi).

-* Quels sont les conseils que vous pourriez donner aux prochains élèves français qui séjourneront comme vous au Japon ?

G. G. : Le principal conseil que je pourrais donner aux prochains élèves français qui séjourneront comme moi au Japon est d’essayer de parler au maximum en japonais. Si vraiment c’est trop compliqué, parlez en anglais bien sûr, mais les japonais en auront vite assez. Essayez au moins, les japonais apprécieront cet effort et voudront vous aider afin de vous comprendre et de vous faire comprendre. Ensuite, respecter les règles de la maison aussi bien que du lycée. Si votre famille ne vous impose pas de règles, essayez tout de même d’observer leur train de vie et de faire comme eux. Faites aussi la même chose à l’extérieur, quand vous prenez le train ou que vous marchez dans la rue. Il y a beaucoup de détails qui sont important pour les japonais et qui peuvent sembler superflus à des européens comme nous. Une dernière chose : profitez un maximum et amusez-vous !

C. B. : Si jamais vous aviez l’intention de partir au Japon... Achetez un maximum de choses ! Il y a tellement de trucs géniaux ! Puis ensuite, restez naturel, la famille d’accueil est là pour apprendre à vous connaître et vous allez apprendre à les connaitre aussi. Et également si certains vont dans le lycée où je suis allé Waseda Gakuin, le comportement des élèves peut facilement vous influencer, en effet ceux-ci peuvent dormir, jouer, manger, bref faire quasiment ce qu’ils veulent pendant les cours TOUT EN RESPECTANT le professeur.

I. L. : Prendre le maximum de renseignements sur votre famille d’accueil et sur leurs pratiques pour éviter tout malentendu. Leur faire part de vos attentes à l’avance et de façon bien précise. Ne pas oublier les cadeaux et être très attentifs car ils ne montrent pas les problèmes qui les gênent. Vous devez les remarquer vous-même. N’hésitez pas aussi à vous impliquer dans la vie domestique : proposez votre aide pour la cuisine ou la vaisselle par exemple...