Le 22 novembre 2016, dans le cadre de leur projet « Mémoire et Souvenirs » et grâce au concours de la région Ile-de-France et du Mémorial de la Shoah, les élèves de 1ère L ont pu visiter les camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz. Trois témoignages d'élèves, trois manifestations d'une même émotion...

 

« Une journée forte en émotions... » Hélène Elzière, 1ère L

« Le 22 novembre 2016 n'a pas été une journée habituelle de cours pour notre classe. En effet, dans le cadre de notre projet sur la Mémoire, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah et grâce à la région Île-de-France, nous avons eu la chance de partir à Auschwitz en Pologne, afin de visiter ce qu'il reste des camps de concentration et d'extermination nazis de la Seconde Guerre Mondiale. Nous nous sommes levés très tôt pour un rendez-vous à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle à cinq heures du matin. Accompagnés de notre professeure d'Histoire, Madame Stéphanie David, et de notre professeure principale, Madame Sédilot-Gasmi, nous avons embarqué à 6h40 avec d'autres classes venant de divers lycées de la région parisienne, dans un avion réservé à notre voyage scolaire. Nous avons atterri à l'aéroport de Cracovie aux alentours de 9h15 et nous avons rejoint un bus qui nous a emmenés à Auschwitz. Pendant le trajet, une guide polonaise nous a expliqué l'histoire de la Pologne et son rapport particulier avec la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Nous sommes arrivés au milieu de maisons modernes pour la plupart, qui étaient situées juste à côté des camps. Nous avons vu les restes des rails sur lesquels les convois arrivaient pendant la guerre. Nous avons marché jusqu'au camp de Birkenau, le deuxième camp à avoir été construit à Auschwitz, qui est d'une superficie impressionnante. Un guide français a conduit la visite toute la matinée. Nous avons vu la ligne de chemin de fer qui arrivait directement dans le camp avec la fameuse entrée faite de briques rouges.

Le guide nous a expliqué comment était divisé le camp, nous sommes entrés dans une reconstitution de baraque dans laquelle se trouvaient des latrines, nous avons marché entre les ruines des fours crématoires et nous sommes entrés dans le bâtiment dans lequel les Juifs étaient tondus, tatoués, et douchés à leur arrivée au camp. Nous avons vu de nombreuses photos et nous nous sommes recueillis près du monument de mémoire et d'hommage aux victimes.

Le midi nous avons rejoint le bus qui nous avait emmené à Birkenau et nous nous sommes rendus au premier camp : Auschwitz 1. Il est nettement plus petit et beaucoup plus aménagé comme un espace touristique. Nous sommes arrivés tout d'abord devant le célèbre portail de métal avec ces fameuses inscriptions en Allemand "ARBEIT MACHT FREI".

Nous sommes d'abord entrés dans une reconstitution de chambre à gaz et de fours crématoires, ce moment était particulièrement dur à vivre bien qu'il ne s'agisse plus de vraies pièces de mise à mort. Nous avons par la suite marché entre les baraques de briques du camp et le guide nous a expliqué à quoi correspondait chacune d'entre elles. Nous avons visité une cour d'assassinat de prisonniers située entre une baraque réservée aux expériences médicales infligées et une baraque emplie de cellules de détention. Nous sommes entrés dans ces cellules par la suite, qui étaient très étroites. Il était difficile de s'imaginer que des gens avaient été enfermés dedans. Après cela, nous avons visité deux baraques d'exposition : la première nous montrait des chambres de prisonniers, certains étaient plus privilégiés que d'autres, leurs sanitaires, et des vitrines exposant des fiches d'identité. On retrouvait aussi des tableaux et des photos représentatifs du génocide dans certaines pièces. Dans les couloirs principaux des deux baraques nous pouvions voir des rangées interminables de photos portraits de prisonniers et prisonnières, tous et toutes vêtus du même pyjama rayé, aux crânes rasés et ayant l'air terrorisé.

 

Dans la deuxième baraque nous pouvions voir des vêtements ayant appartenu aux prisonniers, ainsi que leurs affaires personnelles que les nazis leur retiraient lors de leur arrivée au camp (par exemple leurs valises, leurs chaussures, leurs brosses à cheveux, leur vaisselle). Nous avons même pu voir dans une vitrine la récupération des cheveux des prisonniers. Nous avons aussi vu une urne funéraire contenant des cendres ramassées dans des fours crématoires.

À la fin de la visite du deuxième camp, nous avons regagné les bus et nous sommes retournés à l'aéroport de Cracovie après un petit temps de pause. Une fois là-bas, nous avons attendu l'embarquement, qui s'est fait à 20h pour un retour à Paris à 22h30. Ce voyage était fatigant et fort en émotion bien qu’il soit difficile de s'imaginer et de réaliser ce que les victimes de la Seconde Guerre Mondiale ont vécu même en visitant l'endroit où ces atrocités ont eu lieu. Je pense aussi que le fait que les camps aient été aménagés comme des musées ne nous permet pas de nous rendre vraiment compte de tout ce qui s'est passé à Auschwitz. Je suis très reconnaissante d'avoir pu faire ce voyage qui était très instructif. J'ai conscience que c'est une expérience hors du commun et que nous sommes extrêmement chanceux. »

 

 

« Il n'y a aucun mot approprié pour exprimer nos émotions » Judith Honorio, 1ère L

« J'ai eu énormément de mal à mettre des mots sur mes ressentis. Encore aujourd'hui, je ne trouve pas les mots exacts mais je pense qu'il n'y en a tout simplement pas. Il n'y a aucun mot approprié pour exprimer nos émotions. Lors de la visite du premier camp, nous nous sommes confrontés à l'immensité de l'horreur. L'entrée et les rails de train sont dès le début, très impressionnants par la présence de témoignages pour se souvenir qui ne sont en soi que des reconstitutions tel que le wagon dans lequel arrivaient les déportés. Enfin, pour moi, le dernier moment très fort de cette première partie de la journée a été la visite de l'endroit où on enregistrait l'identité des déportés : on leur donnait de vieux vêtements, on les rasait, et on les tatouait pour leur attribuer une immatriculation. C'est à cet endroit que des milliers de personnes ont perdu leur réelle identité. Comment imaginer que des actes aussi barbares et inhumains s'étaient produits là où nous nous trouvions à l'instant présent ? Je garderai un très bon souvenir de ce voyage scolaire malgré l'histoire terrible qui se trouve derrière. Je tenais à remercier les professeurs accompagnateurs ainsi que le lycée Les 7 Mares de nous avoir permis d'y participer. »

 

 

 

« Je m'attendais à ce que la visite soit un moment très fort » Maëlle Brideau, 1ère L

« Les moments qui m'ont le plus émue sont bien évidemment les chambres à gaz et les fours crématoires mais aussi l'arrivée au camp, la salle où les déportés étaient rasés et surtout les photos d'enregistrement dans le camp principal. Elles m'ont beaucoup marquée car les déportés se ressemblaient tous : crânes rasés, visages maigres, avec des cernes et parfois des blessures...mais étaient aussi tous différents en même temps. Pour certains portraits, je ne savais pas si c'était une femme ou un homme. Ils regardaient aussi tous différemment le photographe : certains apeurés, d'autres bizarrement paraissaient essayer de sourire ou d'autres encore avaient un air froid et de défi. Ils avaient dans le regard quelque chose de fort. Je suis contente d'avoir pu faire cette visite au moins une fois dans ma vie. »